www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Haute-Loire

Navigation

Vous êtes actuellement : actualités 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
7 février 2020

Les profs pénalisés pour avoir rendu hommage à Christine Renon.

Suicide d’une directrice d’école : les profs pénalisés pour lui avoir rendu hommage

Libération, Par Marie Piquemal — 31 janvier 2020

Le Snuipp 93 dénonce la retenue sur salaires pour les enseignants présents le 3 octobre devant le rectorat de Bobigny, venus manifester leur soutien après la mort de leur collègue Christine Renon. Interrogé, le ministère n’a pour l’instant pas réagi.

C’était le 3 octobre. Une foule compacte était rassemblée devant les bureaux du rectorat de Bobigny (Seine-Saint-Denis) pour rendre hommage à Christine Renon, cette directrice d’école de Pantin qui s’est donné la mort trois semaines après la rentrée. Il y avait beaucoup d’émotion cet après-midi-là, des silences aussi. Les enseignants présents racontaient la même chose : cette impression de connaître Christine Renon sans l’avoir côtoyée, tellement ils s’identifient et se reconnaissent dans ses mots. Cette lettre d’adieu où elle décrit les difficultés du métier, a bouleversé l’ensemble de la profession. Ils étaient là aussi pour que leur institution sache. Qu’elle mesure l’état d’épuisement de la profession. Le rassemblement se passait sous les fenêtres du rectorat, où se déroulait une réunion extraordinaire du CHSCT (comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail), à la demande des syndicats, pour que le suicide de cette directrice soit reconnu comme lié au travail.

Marie-Hélène Plard, cosecrétaire du Snuipp 93 (principal syndicat du primaire), n’en revient pas : « L’institution n’a toujours pas entendu. Elle continue de nous mépriser. » La sidération s’est produite en ouvrant la paye de janvier : les enseignants présents lors de ce rassemblement se sont vu décompter une journée de salaire pour ce fameux 3 octobre… « Un préavis de grève avait été déposé ce jour-là pour permettre aux professeurs de se rendre au rassemblement, par la FSU qui avait expressément demandé au ministère de ne pas retenir une journée de salaire », rappelle Marie-Hélène Plard. Maladresse ? Interrogé, le ministère n’a pour l’instant pas répondu à nos sollicitations. Marie-Hélène Plard n’y croit pas un instant : « On ne peut même pas se raccrocher à cette hypothèse. Si cela avait été fait de façon automatique, le jour aurait été décompté sur la paye de novembre ou décembre. Pas en janvier. »

« Tant pis pour vous »

Elle en perd les mots. « C’était le dernier truc. Le seul geste de reconnaissance que l’on aurait pu attendre. Mais non, le ministère continue de nous mépriser. Il n’a rien entendu. Ni le message de Christine Renon, ni celui de l’ensemble de la profession qui a suivi. Rien. » Elle assure que le questionnaire envoyé à tous les directeurs d’école après le drame, pour évaluer leurs conditions de travail, « n’a servi à rien. Ils n’ont rien produit avec, si ce n’est accorder cette journée de décharge et encore, il fallait la prendre entre novembre et décembre. Ceux qui n’ont pas pu à ces dates-là se sont entendu répondre : "trop tard, tant pis pour vous" ».

Vendredi en début d’après-midi, le Snuipp 93 envoyait cette précision : « Même les collègues de la ville de Pantin, où exerçait Christine Renon, se sont vu retirer la journée du 3 octobre. »

A lire aussi :
- L’express : Suicide d’une directrice d’école : colère après une retenue sur salaires aux profs en grève
- France Bleu : Suicide de Christine Renon : la journée de grève et d’hommage n’a pas été payée à ses collègues enseignants
- Ouest-France : Suicide d’une directrice d’école à Pantin. Polémique autour de la retenue sur les salaires des profs
- L’Humanité : Ils n’ont pas honte  ! Blanquer fait payer le temps du deuil

 

2 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp FSU43 maison des syndicats 4 Rue de la Passerelle 43000 LE PUY EN VELAY .
Ecrire au webmestre
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Haute-Loire, tous droits réservés.