www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Haute-Loire

Navigation

Vous êtes actuellement : Carrières, temps partiels, traitements, salaires, indemnités... 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
20 juin 2018

Hors-classe : PPCR n’est pas responsable de tous les maux

Le SNUipp-FSU n’a pas pour habitude de commenter les actions et positions des autres organisations syndicales. Parce que nos adversaires sont les politiques qui font reculer les droits des enseignants ou mettent en danger l’école, pas les autres syndicats et parce que la division syndicale et le dénigrement des organisations représentant les personnels dessert la profession. Pour autant, nous ne pouvons pas rester muets face aux contre-vérités diffusées actuellement.

A l’approche d’élections il est fréquent que des organisations surfent sur les difficultés et jouent la carte du simplisme en dénonçant des bouc-émissaires pour augmenter leur audience. Les élections professionnelles ayant lieu en décembre 2018, le SNUDI-FO se lance dans une campagne de désinformation sur PPCR (parcours professionnels, carrières et rémunération), désignant cet accord comme responsable de tous nos maux.

PPCR est certes un accord insuffisant sur les salaires et imparfait sur le déroulement de carrière, ce qu’a clairement exprimé la FSU lors du vote sur le texte.

Pour autant, la FSU a effectivement pris la responsabilité de voter pour PPCR afin que les mesures positives qu’il contient se mettent en place :
- une refonte de la classe normale permettant une carrière au même rythme pour tous (sauf aux échelons 6 et 8)
- un temps d’accès moyen jusqu’au 11ème échelon raccourci
- une amélioration des grilles indiciaires pour tous (en deçà de nos revendications mais représentant en moyenne 65 € mensuels)
- une transformation de la prime ISAE en indice (qui compte du coup pour la retraite)
- le déroulement de la carrière sur 2 grades (classe normale et hors-classe) qui reste certes à mettre en œuvre

Lors de l’examen du texte, la FSU avait proposé toute une série d’amendements dont par exemple l’accès à la hors-classe automatique après 2,5 ans dans le 11ème échelon ou l’accélération de la revalorisation indiciaire, amendements sur lesquels FO s’est abstenue.

Enfin, s’il a effectivement conduit à la fin de la notation (qui n’était pas non plus un modèle d’objectivité) et à l’instauration des 3 rendez-vous de carrière, l’accord PPCR n’a pas défini les nouvelles modalités d’accès à la hors-classe.

Ceci étant dit, il est incontestable que la campagne 2018 d’accès à la hors-classe n’est pas du tout satisfaisante.

D’une part parce que le contingent de promotion, fixé chaque année par décret, est insuffisant. D’autre part, parce que de manière transitoire, les avis des IEN et du DASEN qui d’après la note de service du 19/02/2018 doivent être « basés principalement sur la note » ne sont justement pas cohérents avec les anciennes notes des collègues. Le fait que ces avis soient définitifs est aussi un problème. Enfin parce l’IA a décidé d’utiliser l’ancienneté de grade pour départager les ex-æquo et non l’AGS (au même l’échelon) comme il aurait pu le faire, permettant ainsi aux anciens instits de ne pas être lourdement pénalisés.

Le SNUipp-FSU continue à demander que le nombre de promus permette effectivement à tous de passer à la hors-classe avant le départ en retraite et que l’AGS soit prépondérante dans le barème.

 

3 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp FSU43 maison des syndicats 4 Rue de la Passerelle 43000 LE PUY EN VELAY .
Ecrire au webmestre
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Haute-Loire, tous droits réservés.