www.snuipp.fr

SNUipp-FSU Haute-Loire

Vous êtes actuellement : CHSCTD  / les comptes-rendus 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}

Dans la même rubrique

20 mars 2017

CR du 14.03.2017

Le mardi 14 mars s’est tenu le CHSCT départemental. Les sujets abordés ont été différentes situations d’écoles, les protections fonctionnelles et des questions diverses.

1. SITUATIONS DES ECOLES

LE BRIGNON

Depuis septembre 2015, une épidémie de prurigo (boutons) touche régulièrement élèves, enseignants et personnels de l’école. L’ARS (Agence Régionale de la Santé) est venue au CHSCT exposer les faits et les analyses menées au sein de l’école. La directrice met en œuvre tout ce qui est en son pouvoir pour pousser les recherches. Les dernières analyses sembleraient indiquer que le foyer de cette épidémie viendrait d’une famille.

Le déménagement de l’école, qui avait été suggéré par le DASEN, n’a donc pas lieu d’être.

La FSU dénonce l’absence d’accompagnement de l’IEN. La directrice de l’école a usé de son temps personnel pour joindre les différents centres de recherches et mettre en place des pièges à acariens, actes qui sont très loin de son métier initial.

PONT SALOMON

Un CHSCT exceptionnel s’est déroulé le 2 mars 2017. Suite à une pollution de l’air, l’école de Pont Salomon a été fermée en septembre dernier. Le CHSCT a pour but de contrôler que les conditions de travail des personnels à la réouverture de l’école sont compatibles avec le bon fonctionnement du service.

A l’issue de cette visite, le CHSCT insiste sur l’urgence à réaliser des travaux afin de réintégrer au plus vite les locaux neufs, remplacer le sol actuel par un sol neuf.

La FSU s’interroge sur les difficultés de chauffage liées à une très forte aération. Il y a aussi une nécessité d’établir des fiches d’exposition dans le dossier médical de tous les personnels exposés.

LANGEAC MATERNELLE

Un problème d’odeur (égoûts) envahit régulièrement les classes ainsi que la cour de récréation. Cette gêne dure depuis de nombreuses années et a été abordée en Conseil d’école à plusieurs reprises. La mairie a constaté et mis en place quelques travaux qui n’ont que déplacé le problème. La FSU insiste auprès du DASEN pour faire pression envers la mairie pour régler cette nuisance.

L’IA s’est engagé à intervenir auprès du maire par l’intermédiaire de la sous-préfète.

VALPRIVAS

Une fiche SST a été remplie suite a un problème de chauffage dans les couloirs et le bureau où travail l’EVS. Des soucis relationnels entre les membres de l’équipe ont finalement pris le dessus. L’absence d’IEN sur la circonscription de Monistrol n’arrange rien. L’IA s’est engagé à traiter ce différend avec les collègues concernées.

La FSU a demandé s’il existait des textes sur l’implantation d’éoliennes proche d’une école. La réponse de l’IA étant d’utiliser un bon moteur de recherche ! La secrétaire Générale a suggéré de contacter la préfecture.

PAULHAGUET

Deux enseignantes d’une même classe à multi-niveaux se trouvent en difficulté face à quatre élèves perturbateurs. Après de nombreuses réunions, ESS et interventions d’un CPC, la collègue propose de décloisonner de temps en temps pour soulager ce groupe classe. Mais il reste difficilement gérable. Pour la FSU, les enseignants sont en manque de formation pour faire face à des élèves difficiles. Sans parler de ce cas précis, dans notre cursus initial, il n’y a pas de temps de préparation sur la gestion de groupes. Selon FO, ces situations sont le résultat de la mise en application de la loi 2005 sur l’inclusion scolaire. Pour notre part, ce débat n’est pas le bon, puisqu’en l’occurrence ces élèves ne relèvent pas d’une notification MDPH.

PAULHAGUET MATERNELLE

La mairie souhaite relocaliser l’école maternelle au rez-de-chaussée de l’école élémentaire. Ceci suscite une grande inquiétude des collègues qui ont actuellement des conditions de travail très adaptées à l’enseignement spécifique de la maternelle. La mairie a soumis un budget travaux qui laisse penser que les collègues ont tout à perdre dans ce déménagement. L’école élémentaire étant vétuste et probablement en zone inondable, la rénovation de ce bâtiment demande une vigilance très particulière.

L’IA s’est engagé à suivre ce projet de près et à saisir la sous-préfète.

COLLEGE DE CRAPONNE

Suite à un cambriolage, les gendarmes sont venus relever les empreintes par le biais d’une poudre. L’infirmière du collège enceinte s’inquiète des risques que cette poudre peut engendrer. Cela n’a aucune incidence sanitaire d’après les gendarmes.

2. PROTECTIONS FONCTIONNELLES

Sept demandes de protections fonctionnelles ont été formulées. Toutes ont été acceptées sauf une.

Il s’agit pour les fonctionnaires d’avoir une garantie de protection qui est justifiée par la nature spécifique des missions confiées aux agents publics qui les exposent parfois, dans l’exercice de leurs fonctions, à des relations conflictuelles avec les usagers du service public.

Extrait de la loi n° 83-634 du 13 juillet 1983 « Les fonctionnaires bénéficient, à l’occasion de leurs fonctions, d’une protection organisée par la collectivité publique dont ils dépendent, conformément aux règles fixées par le code pénal et les lois spéciales ».

3. QUESTIONS DIVERSES

Les informations tardives données aux écoles suite aux alertes intempéries (journée de neige et journée de grand vent) sont à déplorées. Après l’arrêté préfectoral interdisant les transports scolaires sur les routes de Haute-Loire, l’IA n’a pris aucune décision. Les enseignants ont donc dû se rendre dans des écoles où il y a avait souvent plus d’adultes que d’enfants. L’IA se défend de tout reproche car c’est le préfet qui prend les décisions concernant les transports. Mais pour la FSU, c’est bien à l’IA de confirmer à ces agents de se déplacer ou non !

 

Répondre à cet article

 

3 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp FSU 4 Rue de la Passerelle 43000 LE PUY EN VELAY .
Ecrire au webmestre
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU Haute-Loire, tous droits réservés.